Que de texte appris !!

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Jeux

Liens amis

Retrouvez ci-dessous la liste de toutes les pièces jouées par la Troupe ATOUCOEUR
(Pour avoir un résumé de chaque pièce, cliquez sur son titre...)

Saison 2018 : Panique au ministère (Jean Franco et Guillaume Mélanie)
Gabrielle est la chef de cabinet du ministre de l'Éducation nationale. Entre Louis, son ministre complètement largué, Cécile, son énergique mère croqueuse d'hommes, et Sara sa fille en quête d'indépendance, elle n'est pas beaucoup aidée… L'arrivée d'Éric, jeune homme de ménage de 20 ans son cadet, ne va en rien régler ses problèmes et va même faire voler en éclats ses habitudes d'éternelle célibataire !
Saison 2017 : Impaire et père (Ray Cooney)
Le docteur Pierre Jouffroy est chargé de prononcer le discours de clôture du colloque sur la microchirurgie. Trois cent médecins attendent ses conclusions. Mais sa femme, Hélène, n'a pas de monnaie pour son parking, ses collègues Hubert et Luc préparent le Noël de l'hôpital, le directeur veut obtenir des subventions et voici que débarque un grand jeune homme de 19 ans à la recherche de son géniteur.
Saison 2016 : Le bal des escargots (Jean-Claude Martineau)
Paul, surnommé l'escargot par son entourage, marie sa fille Margot. Cette dernière, prenant brusquement conscience que son ami Flavien ressemble à son escargot de père... ne veut plus convoler en justes noces ! Affolement général ! la belle-famille envahit la maison de la "presque mariée", bien résolue à y trouver gîte et couvert pour quelques jours. L'arrivée inattendue d'un vieux copain de régiment, SDF déprimé, et le retour du fiancé, habillé en bonze, psalmodiant des pensées bouddistes de sa composition, vont faire de Paul un bouc émissaire tout trouvé. Mais attention, l'escargot a le réveil brutal et l'humeur belliqueuse. Ceux qui l'ont réveillé risquent d'en baver...
Saison 2016 : Un portechance qui porte la poisse (Grégory Moreau)
Cyril, jeune comédien qui court les casting, n'est guère enthousiaste à l'idée de recevoir à dîner sa belle-soeur, Emmanuelle, avec qui il s'entend très mal. Mais il a promis à sa femme Morgane qu'il ferait un effort pour que la soirée se passe bien. Surtout que sa belle-soeur vient pour une occasion spéciale : elle doit leur présenter son nouveau fiancé, Edouard Portechance. Cyril espère cependant une soirée vite expédiée.
Sauf qu'Emmanuelle, qui n'a pas la langue dans sa poche, ne semble pas décidée à faire les mêmes efforts que Cyril pour paraître agréable. Quant à Edouard, bien qu'il soit très gentil, quelque chose cloche : dès qu'il rentre quelque part, rien ne va plus ! Les tableaux tombent, les bouteilles éclaboussent, les verres se cassent...
Portechance, un nom bien porté ?
Saison 2015 : Pause Caddie (Jean-Charles Gaillard)
Un hall d’immeuble bien tenu par une concierge plutôt bourrue où vivent un député et sa femme ainsi qu’un jeune couple découvrant la vie. L'arrivée d'une voyante SDF accompagnée de son compère amnésique dans le hall de l'immeuble va bouleverser la journée d'habitude si ordinaire de ce lot d'habitants. Un mystérieux enlèvement, une pincée de suspens et la recherche de l’identité perdue du SDF amnésique : vous obtiendrez une pièce drôle et joyeuse.
Saison 2015 : L'héritage diabolique de tata Odette (Jérôme Dubois)
Les neveux de tata Odette doivent se rendre chez le notaire pour prendre connaissance du testament de celle-ci. Au retour, l’ambiance n’est pas à la fête. Tata Odette a en fait légué sa maison à des clochards, laissant à ses propres neveux comme seul héritage, une énigme : "Votre héritage se trouve là où vous vous y attendez le moins !" Commence alors une course à l’héritage hilarante parsemée d’indices, imaginée par une tata Odette pour le moins rancunière ! Car l’héritage sera à la hauteur du peu de considération qu’elle avait envers ses neveux, c'est-à-dire diabolique mais alors tellement drôle aussi !
Saison 2014 : Zorghol 707 (Christian Rossignol)
"Si Zorghol 707 est un extraterrestre fraîchement débarqué, il n'est ni belliqueux ni très malin mais sympathique, peureux et gaffeur. Cet être venu d'ailleurs bien malgré lui, va bouleverser à jamais la vie jusqu'alors bien réglée de Gérard, paisible aubergiste, de sa famille et de tous ceux qui l'approchent.
Dix personnages truculents, caractériels ou complètement déjantés vont se télescoper, s'affronter et même se transformer grâce ou à cause de Zorghol 707, dans une cascade de situations hilarantes où l'extraordinaire côtoie le burlesque."
Saison 2014 : A qui la vache ? (Pierre Thomas)
Cette pièce a déjà été jouée en 2002. Suite à son succès, nous avons décidé de la rejouer.
Saison 2013 : Y a-t-il un médecin dans la salle ? (Jérôme Dubois)
"Quoi de pire que rentrer de voyage et découvrir que sa maison a complètement été vidée ! Peut-être par la bonne à tout faire, bonne à rien faire et surtout bonne à tout voir, qui a un sérieux problème d’ordre sentimental avec Monsieur ? Monsieur qui, lui, a un sérieux problème également mais plutôt d’ordre intestinal ! Ou par la maîtresse de Monsieur qui, elle, a une… sérieuse phobie du public ?! Un public, lui, qui dans un premier temps assiste, circonspect et sans le savoir, à une répétition laborieuse de la pièce qui va être jouée juste après… Mais rien ne va se passer comme prévu !"
Saison 2013 : Trente kilomètre à pied (Jean-Claude Martineau)

"On sait toujours par avance ce que l’on perd, mais on ‘est jamais sûr de ce que l’on gagne.

C’est ce que vont apprendre à leur dépens Jacques et André, deux amis de longue date  qui, pour donner une leçon à leurs femmes un peu trop directives à leur goût, décident de fuguer quelques jours. Mais comment faire pour mettre de la distance entre elles et eux quand un village entier s’est donné pour mission de leur venir en aide ? Trente kilomètres à pied pour en arriver là… c’est quand même fatiguant !"

Saison 2012 : Ma meuf à moi (Jacques Thareau et Jean-Michel Besson)
" On parle de plus en plus du grave problème des femmes battues. Mais n'y aurait-il pas aussi des hommes qui subissent le même sort ? C'est en tout cas ce que Jacques Thareau et Jean-Michel Besson ont imaginé au travers de cette comédie des plus cocasses dont la vedette est le sexe faible... ou prétendu tel. Sujet délicat, certes, mais traité ici, on s'en doute, avec beaucoup d'humour."
Saison 2012 : Jour de soldes (Gérad Darier)
"Bernard attend beaucoup de ce premier jour de soldes pour sauver de la faillite son magasin de prêt-à-porter féminin, d'autant que Maillard, son riche concurrent, lorgne avec avidité sur le futur rachat de sa boutique. Mais Bernard n'aurait jamais dû promettre d'offrir un tailleur Petit Loulou à Félicier, son banquier, soucieux de gâter sa jeune maîtresse au point de prolonger l'autorisation de découvert du malheureux commerçant. Cette promesse, impossible à tenir, met le feu aux poudres d'une cascade de catastrophes où s'affronte à un rythme effréné une multitude de personnages dévorés par le désir d'adultère, de pouvoir politique ou d'intérêts financiers. Construit avec une précision mathématique, ce JOUR DE SOLDES est une comédie hallucinante et hallucinée ou chaque réplique déclenche le fou rire. Un joyau d'humour hystérique."
Saison 2011 : Le week-end s'annonce bien (Grégory Moreau)
"Alors qu'ils devaient passer le week-end à Paris pour animer un salon organiser par leur entreprise, Nathan et Mélanie, non sans quelques difficultés, réussissent à échapper à cette corvée. Enfin ils vont pouvoir profiter du week-end pour roucouler entre amoureux ! Mais c'était compter sans la famille du Mélanie qui débarque l'improviste. Entre un frère pas très futé qui vient de se faire plaquer et des parents qui s'entendent comme chien et chat, Nathan va avoir du mal à rester calme. Pourtant, le week-end s'annonçait si bien... !"
Saison 2011 : Et si on vous disait qu'on l'a pas fait exprès ? (Jean-Philippe Decrème)
"Prenez un architecte. Affublez-le d'une maîtresse. Incrustez-y des parents. Ajoutez l'explosion de ses bureaux suite à une distraction de sa maîtresse. Faites venir son épouse chez sa maîtresse sans sommation. Et vous aurez une hilarante comédie sans même le faire exprès..."
Saison 2010 : Au bar d'Olympe (Dany Bonhomme et Grégory Moreau)

Autour du comptoir d’un bar, « Chez Olympe », les habitués discutent avec la patronne de tout et de rien, de leur petite vie quotidienne et de leur vision bien personnelle du monde qui les entoure. Entre Polo, qui essaie d’arrêter de boire, Fredo, le jeune célibataire, Lucette, la marchande de fleur un peu dure d’oreille et Olympe, la patronne et leur confidente, les discutions ne manquent pas de piquants.

Saison 2010 : Vous dérangez pas pour nous ! (Jean-Claude Martineau)
Pour attirer l’attention de leur parents qui passent leur temps à se disputer pour des broutilles, Justine, Jérôme et leur grand-père vont s’inventer des « énormes problèmes sur mesure » et semer une jolie pagaille dans la vie bien organisée de leur parents. Mais voilà que Papy, l’instigateur de cette mise en scène, ne maîtrise plus la situation. Tout dérape et plus rien ne se passe comme prévu…
Saison 2009 : La porte (Dany Bonhomme)
"Norbert, veuf de 63 ans, tombe sous le charme de sa nouvelle voisine : Marie-Luce. Il faut dire que cette dernière, bien que dans les mêmes âges que lui, possède une fraîcheur et une joie de vivre qui séduisent tout de suite notre ami. Ca le change de sa défunte femme qui était plutôt pète-sec et ronchonne !
Seulement : Chut ! Il ne faut pas que ses deux filles, plutôt envahissantes sur la vie privée de leur père, se rendent compte de cet amour naissant. Sans parler de ce serrurier un peu "précieux" qui n'arrête pas de s'incruster partout, et du neveu qui supplie Norbert, son tonton adoré, de lui prêter son appartement pour quelques galipettes extra-conjugales.
Nos deux sexagénaires vont-ils réussir à vivre tranquillement leur histoire d'amour au milieu de toute cette foule ?
"
Saison 2009 : Kilt et béret Basque (Jean-Claude LUMET)

"Un couple d'anglais maîtrisant à peine la langue française, Mr and Mrs Foot, arrive chez le notaire pour finaliser l'achat d'une maison en France. Seulement, le couple à qui ils achètent, M. et Mme Mathurin, sont deux paysans qui n'arrêtent pas de se disputer en parlant un français plutôt "campagnard". Quand tout ce petit monde se croise dans la salle d'attente du notaire, deux mondes complètement différents se rencontrent !! Situations cocasses et quiproquos se mélangent alors, pour le bonheur du public ! "

Saison 2008 : Ma belle-mère est givrée ! (Marie LAROCHE-FERMIS)
Caroline et son fiancé sont en vacances de neige quand ils voient avec stupeur débouler la belle-mère. Celle-ci va enchaîner les gaffes, attirant les pires ennuis. Que dire du patron, rencontré sur les pistes, venu avec sa maîtresse et dont la femme va débarquer ? Que faire, en outre, du corps du guide de montagne que la belle-mère a vigoureusement assommé par erreur à coups de bâton de ski ? Et comment ce fameux bâton sera finalement la solution à tous les problèmes ? Des situations désopilantes, du rythme, des répliques savoureuses, des personnages typés… bref, du rire garanti.
Saison 2008 : Comme cou et chemise !... (Jean-Michel BESSON)
Le nouveau medecin arrive en ville ! C'est l'occasion pour la Germaine et le Toine de faire connaissance avec lui, quand il vient les voir pour un renseignement. Et puis, ils vont en profiter pour une petite consultation bon marché... Mais il est bizarre ce "doqueteur". Quand le Toine et la Germaine lui demandent comment guérir leurs maux, il parle avec des mots savants imcompréhensibles pour nos pauvres paysans. Pire ! Ce brave Félix, un ami un peu porté sur la bouteille, se plaint de trouble intestinaux. L'ordonnance prescrite sera sévère : plus une goutte de vin ! Alors là, c'est un monde !
Saison 2007 : Le trésor de Tante Agathe (Marie LAROCHE-FERMIS)
Le notaire l'a bien précisé, les Boudins n'auront l'héritage de tante Agathe qu'à certaines conditions : être un couple uni et marier leurs enfants. Comment s'en sortir alors que le père est un coureur de jupons qu'une ancienne maîtresse vient faire chanter et que les enfants sont "incasables" ? Et puis, il y a la bonne, qui n'a pas sa langue dans sa poche et dont le petit ami a les oreilles qui traînent... Au fait, c'est quoi le trésor de tante Agathe ?
Saison 2006 : Drôle de couple (Vincent DURAND)
Dans la vie, on peut tout échanger... enfin, presque ! Et à condition de ne pas se tromper ! Sinon, rien n'est garantie... sauf le succès, pour cette comédie pétillante, dans la plus pure tradition des vaudevilles. Damien et Évelyne Laffont sont un couple tout à fait normal, mais Damien trouve que leur vie "intime" manque de piment. Pour remédier à cela, et sous les conseils d'un sexologue, ils décident d'organiser une soirée échangisme, à laquelle Évelyne n'est pas très enthousiaste. En même temps, croyant qu'ils doivent s'absenter, la nièce de leur bonne décide d'organiser un échange de maison pour le week-end, avec un couple assez "coincé". Tout le monde se retrouve en même temps au même endroit, chacun vantant les mérites de "leur" échange. Quiproquos et confusions, les ingrédient indéniables d'une bonne comédie. La dernière-née des pièces de Vincent Durant, auteur de Monsieur Claude, Fred ou encore Fille au pair.
Saison 2007 : Hommage à Marcel Pagnol
Cette année, pour sa première partie de soirée, la troupe à rendu hommage à Marcel Pagnol en interprétant 3 extraits de ces plus célèbres films.
Saison 2006 : Reprise de sketchs comiques
Le rappeur - La jalousie - Les modes d'emploie - La cigarette
Saison 2006 : Extrait de "La femme du boulanger", de Marcel Pagnol
La troupe interprète sur scène la scène final du film de Pagnol "La femme du boulanger", ou le boulanger Amable s'adresse à Pomponnette, sa chatte volage, en lieu et place de son épouse à ses côtés.
Saison 2005 : Tout bascule (Olivier LEJEUNE)
Qu'est-ce qui peut bien pousser un homme à divorcer deux heures après s'être marié ? Un déferlement de rebondissement et de quiproquos ahurissants, des répliques percutantes, tels sont les ingrédients de cette comédie à l'anglaise résolument moderne où sept personnages se déchaînent à un rythme d'enfer.
Lasségué, publicitaire renommé, s'est résigné à épouser Corinne. A la sortie de l'église, Lucie, sa sœur aînée, gaffeuse invétérée, lui a logé dans l'œil un grain de riz. Le début d'un engrenage de catastrophes et de quiproquos détonants qui l'empêchent d'assister à son banquet de noce. L'intrusion de Tourille, mari d'Emmanuelle, sa maîtresse, venu lui apprendre sa mort accidentelle. L'arrivée de Rolors, présidentiable, qui met fin à leur collaboration professionnelle. Querrochot, journaliste local, dépassé par les événements. Deux heures en continuité réelle de rebondissements endiablés. Jusqu'au bout, tout bascule !
Saison 2005 : Une cure de tout repos (Alain DANIF)
Un curé vient de quitter sa paroisse, et on attend son remplaçant. Au même moment, un voleur « pas très futé » pénètre les lieux, mais se fait surprendre par la bonne. Pour ne pas avoir de souci, pas le choix : il se fait passer pour le nouveau curé ! Le voilà alors obligé de confesser tout un tas d'individu aussi excentriques les uns que les autres ce qui, pour un voleur, n'est pas une cure de tout repos !
Saison 2004 : Le saut du lit (Ray COONEY et John CHAPMAN)
Un couple sans problème, Josiane et Philippe, aménage leur appartement - le décorateur est là depuis 3 mois et est amoureux d'une jeune fille au pair. Bonne nouvelle pour eux deux, les patrons vont dîner ce soir en ville.
Une amie de Josiane lui demande de pouvoir occuper l'appartement pour la soirée et le collègue de Philippe désire également passer quelques bons moments en galante compagnie le même soir.
Un appartement pour trois rendez-vous simultanés. Chassés-croisés, rythme endiablé, quiproquos, tout le monde se fait passer pour quelqu'un d'autre - on ne sait plus qui est qui pour le grand plaisir des spectateurs.
Saison 2004 : Les zemes (Jean-Michel BESSON)
Le baptiste ne va pas bien fort. Sa femme, la Toinette, ne trouve rien de mieux que d'appeler le vétérinaire, qui passe par-là ! Celui-ci se fait un peu tirer l'oreille puis accepte d'écouter les symptômes du mal. Le Baptiste est très gêné pour expliquer ses ennuis de santé, car le pharmacien lui a dit qu'il a des "zèmes". Et très mal placés : des "zèmes" au "roïde" ! Le traitement qu'il a suivi jusque là s'étant révélé inefficace et... douloureux (régime sans sel) que le Baptiste a traduit par " sans selle... de vélo". Le vétérinaire va lui faire essayer autre chose : des suppositoires. Nous ne vous révélerons pas le dénouement pour vous en laisser la surprise.
Saison 2003 : Quel famille ! (Francis JOFFO)
Denise et Raymond ont une fille, Michèle. Quand Michèle a épousé Bernard, elle a eu la chance de trouver un appartement dans la même rue que ses parents :
un vrai bonheur pour cette famille qui s'entend si bien. Jusqu'au jour où Denise prend l'habitude de venir se réfugier chez sa fïlle chaque fois qu'un petit différend l'oppose à son mari. ...
Et les petits différends devenant de plus en plus fréquents, le bureau de Bernard se transforme petit à petit en résidence secondaire pour sa belle-mère... Mais, cette fois-ci, quand le rideau se lève et que Denise entre pour la énième fois chez sa fille, sa valise à la main, la situation est beaucoup plus grave : elle annonce à sa fille son intention de divorcer après quarante ans de mariage !
Michèle est effondrée. Elle ne va plus cesser de l'être quand son grand-père va débarquer
de la Nièvre, avec, lui aussi, l'intention de se séparer de sa femme ! Et quand sa fille Annie et son gendreFranck débarquent de voyage de noces avec la même intention, la situation va singulièrement se compliquer, entraînant un immense déballage de linge sale...en famille...
Mais quelle famille !
Saison 2003 : La course à l'héritage (Yvon TABURET)
"Vous avez été choisi(e) pour être l'héritier d'une grande fortune, si la proposition vous intéresse, présentez-vous au 32 allée des mimosas." Tout le monde a un jour rêvé de recevoir une telle proposition, mais lorsque plusieurs postulants reçoivent le même courrier, comment les départager ? Les malheureux candidats l'apprendront parfois à leurs dépens. Dans cette "course à l'héritage" ils auront à subir un certain nombre d'épreuves toutes plus incongrues les unes que les autres. Ainsi Eléonore, la vieille fille coincée, se retrouvera déguisée en Zorro, Georgette l'aguicheuse en Chaperon Rouge, alors qu'Henri l'agriculteur se déguisera en bébé, sa mère devra endosser un habit de mousquetaire tandis que Gino le hâbleur enfilera collants et tutu… Jusqu'où peut-on aller pour s'enrichir ? Qui tire les ficelles de tout cela ? Un heureux dénouement nous l'apprendra. Des situations aussi cocasses que les dialogues dans cette joyeuse comédie où la seule difficulté sera d'éviter que les comédiens ainsi affublés ne rient plus fort en coulisses que dans la salle.
Saison 2002 : Maman, y'a papa qui bouge encore ! (Jacques Thareau et Jean-Michel Besson)
L'enfer, est, dit-on, pavé de bonnes intentions. C'est ce que doit penser Félix lorsque, dans son univers feutré et masculin, déboulent Donatienne et sa fille Clémentine ! Lui, est une ancienne gloire de la danse. Elles, sont les deux seules femmes de sa vie, qu'il a fait rechercher pour soulager sa conscience : Donatienne fut un petit rat de l'Opéra qu'il séduisit, engrossa et abandonna. Au soir de son existence, il a décidé de leur léguer sa belle maison de Neuilly. Fred, son secrétaire très particulier et compagnon très cher, craint le pire. Et il a bien raison ! C'est que le petit rat est devenu une maîtresse femme, virago tonique et forte en gueule. Avec sa fille Clémentine - toute jeune maman d'un garçonnet - elles survivaient jusqu'alors dans une caravane délabrée sur un terrain vague de banlieue, à coups d'arnaques minables. C'est dire que la maison de Neuilly est pour elles, providentielle ! Et ce, d'autant plus qu'elles sont sous le coup d'une enquête sociale, diligentée par une vieille fille acariâtre qui s'est promis d'arracher le bébé à une telle promiscuité. Mais le doute s'installe : Donatienne est-elle bien Donatienne ? La promesse d'héritage s'éloigne, et le temps presse ! Du coup la terrible grand-mère se déchaîne et révèle d'étonnantes dispositions de véritable 'serial killer'. Bref, un thriller. Mais un thriller pour rire ! Une comédie d'humour noir, où le noir est toujours jubilatoire et l'humour désopilant. Des personnages avec de sacrés tempéraments, déjà pas tristes en eux-mêmes, et dont la rencontre prend les allures d'un cataclysme irrésistible ! C'est tonique, original et décoiffant ! A lire absolument ! Et à jouer ! Puisqu'il faut bien mourir de quelque chose, autant mourir de rire.
Saison 2002 : A qui la vache ? (Pierre THOMAS)
Pour être sûr d'avoir du lait pur, non écrémé, M. Ronchon a acheté une vache. Mais sa fille Sophie ne songe qu'à se débarrasser de cette bête bruyante et encombrante, qui n'est pas vraiment à sa place chez de bons et paisibles bourgeois. Aussi a-t-elle fait paraître une annonce dans le journal. Un acheteur se présente. Il est reçu par M. Ronchon qui, ignorant la détermination de sa fille, a fait lui-même passer une annonce pour marier Sophie. Alors, c'est une conversation qui n'est qu'un feu roulant de quiproquos d'une drôlerie irrésistible. Quelques minutes après, un jeune homme, M. Roméo, se présente au sujet de l'annonce de M. Ronchon. C'est Sophie qui le reçoit s'imaginant qu'il vient pour la vache.
Saison 2001 : L'arbre à came ou Nous n'irons plus au bois (Jacques Thareau et Jean-Michel Besson)
Nous sommes au milieu des années soixante. Trois marginaux, mi-hippies, mi-voyou, s'installent à la ferme du Baptiste, de Marie sa femme et de Marie-Jeanne leur fille. Il y a également la grand-mère, Mélanie, sourde comme un pot. La famille a aussi un domestique qui n'a pas inventé l'eau chaude : le Jeantou. Une simple panne de tracteur va entraîner le public de quiproquo en quiproquo. L'axe du tracteur, ou "arbre à came", qui s'est rompu, font croire au 3 hippies que le Baptiste a un arbre où pousse de la "came", sorte de végétal qui leur est très interressant. Entre leurs tentatives de découvrir cet arbre, les propos burlesque du Jeantou, les dégâts d'une tempête, un assureur qui a du mal a se faire écouter et une grand-mère qui n'est pas si sourde que ça, et s'est parti pour deux heures de bonne humeur et de rires garanties !
Saison 2001 : Clerc de l'urne (Jean-Michel BESSON)
Une veuve très bavarde et sa sœur abominablement sourde, la Tonine et la Gustine, vont voter pour la première fois. Jusqu'à ce jour, la chose les avait toujours effrayées. Bien sûr, elles ne savent ni pour qui voter, ni comment faire ! Et ce n'est pas triste ! A vous d'en juger !
Saison 2000 : Vacances de rêves (Francis JOFFO)
Jacques Perthuis et sa femme Dominique arrivent, tôt le matin, dans une villa sur la Côte d'Azur qu'ils ont louée pour un mois, avec deux amis : Patrick et Marie. Ils connaissent parfaitement cet endroit pour l'avoir déjà habité l'année précédente, et ils pensent être ainsi à l'abri de toutes les mauvaises surprises qui arrivent généralement quand on occupe une maison pour la première fois. Une série de catastrophes va s'abattre sur eux dans les deux heures qui vont suivre leur arrivée, et va les entraîner dans une folle aventure qu'ils étaient loin d'imaginer. Il n'y aura que les spectateurs pour en rire !... et même pour éclater de rire !!
Saison 2000 : Je vais tout vous expliquer (Martine HUET)
Depuis un an à Paris, Laurent Grovet mène une vie tranquille. Maman n'écrit jamais mais téléphone toutes les semaines et lorsqu'elle lui demande pour la centième fois s'il fréquente une jeune fille, Laurent craque. " Oui ! Maman j'ai rencontré l'âme sœur ! " Voilà ! C'est dit ! Bon d'accord ! C'est un mensonge et alors ?... Alors ! Papa maman arrivent demain pour connaître l'heureuse élue. Ah ! Oui ! Je ne vous ai pas dit ! Ses parents croient qu'il habite dans le 16ème alors qu'il loue une chambre de bonne dans le 20ème. Son ami Dominique de la Batelière, pourrait l'aider, il habite justement dans le 16ème. Mais pour ce qui est de lui prêter sa dernière conquête, pas question ! Pensez ! Lui, le tombeur de ces dames en est amoureux. En y regardant de plus près, il y aurait bien une solution. Bon ! D'accord ! il y a du boulot, mais comme dit Laurent... C'est faisable ! Dominique sera pour quelques jours, la fiancée de Laurent. C'est juré personne ne l'apprendra ! Enfin ! quand je dis personne !... Il y a bien l'artiste efféminé et son modèle un tantinet nymphomane, qui envahissent l'appartement. Dominique avait complètement oublié la séance de poses. Catastrophé, il se dit qu'il ne peut pas y avoir pire !... Si, si !
Saison 1999 : Têtes à claques (René BRUNEAU)
Vers 1900, une Demoiselle de province très cocardière hérite, à Paris, d'un orphelinat pour jeunes filles : plutôt mélo ! En réalité, l'orphelinat est une maison... très spéciale, un "claque" réputé, fréquenté par les officiers de l'Etat-Major et des diplomates. Déjà plus drôle ! Si d'aventure, notre provinciale décide de visiter son orphelinat, et que du coup les demoiselles de petite vertu sont contraintes, pour conserver leur maison, de jouer les pathétiques orphelines (alors que bien sûr, les "messieurs" eux, ignorent tout) ça vire rapidement à la plus joyeuse pagaille. Si, en outre, la bonniche de "la maison close" est d'une nature tonitruante et sacrement gaffeuse, si parmi les filles se cache une Mata-Hari friande de secrets militaires, traquée par un agent secret un peu méchant et surtout très bête, si le Préfet de police, qui dirige l'enquête, se prend de passion pour la Demoiselle de province qu'il croit être une des "pensionnaires" de la maison, puis entreprend de faire d'elle par patriotisme la tenancière de l'endroit, si dans ce charivari débarque un vieux Duc anglais, et que Scotland Yard s'en mêle, tout ça transforme la scène deux heures durant, en la plus jubilatoire des pétaudières dans une tornade de quiproquos, de bévues, de rencontres inattendues et de coups de théâtre. Le sujet est original et permet quelques joyeux numéros d'actrices. Surtout, qu'on ne s'y trompe pas : il s'agit d'une pièce destinée à tous les publics, d'une pièce vraiment très très drôle, sans équivoque aucune, jamais scabreuse, et qui baigne dans la plus franche hilarité !
Saison 1998 : J'y suis, j'y reste (Raymond VINVI et Jean VALMY)
Dans un château du Périgord, règne la Comtesse Apolline de Mont-Vermeil, despotique, allurale et un tantinet hurluberlue. Tout se ploie devant elle, depuis son charmant neveu vétérinaire jusqu'à la belle et ambitieuse Gisèle, demoiselle de compagnie, jusqu'à la jolie soubrette (cervelle de linotte et cœur de moineau), jusqu'au digne majordome... Digne ? Hum ! Il y a dans l'œil de ce zélé serviteur une lueur canaille. Ayant réussi à donner à la Comtesse le goût des courses, il lui conseille cyniquement, tous les toquards et non moins cyniquement, encaisse les paris de sa patronne au nom d'un bookmaker imaginaire ! Et voici que vont faire irruption dans le noble manoir deux personnages peu aristocratiques: tout d'abord Antoinette, dite Nénette, propriétaire d'un restaurant-bistrot des Halles, plantureuse créature dans les veines de laquelle coule à coup sûr le sang de la mère Angot et de sa cousine "jumelle" Madame Sans-Gène... et puis, Jules, un gars costaud et "sympa" qui n'a de penchant ni pour les cravates, ni pour les belles manières et qui est à la fois le barman du caboulot géré par Nénette et le fiancé de la patronne. C'est lorsqu'elle a voulu passer des fiançailles aux épousailles que Nénette a appris avec stupéfaction que pour l'état civil elle était déjà mariée... avec le Baron Hubert de Mont-Vermeil qu'elle n'a jamais vu ! A la vérité, ses papiers d'identité lui ont été volés naguère et grâce à eux, une inconnue a pu se faire épouser sous son nom par le naïf Baron, puis elle a disparu dans le maquis de l'Aventure ! En venant au château des Mont-Vermeil, Nénette s'imaginait un divorce amiable mais il ne peut être question de divorce chez les Mont-Vermeil. Et ce jour-là moins que jamais, car on attend un visiteur de marque, le Cardinal de Tramone, conseiller de sa Sainteté.
Saison 1998 : Ca, c'était pas prévu (Gabrielle WOLF)
Un matin, dans une famille où tout le monde cohabite sans vraiment se comprendrent, le père est retrouvé mort poignardé dans sa chambre. Commence alors un enquête mené par la fille au milieu de sa mère qui cache des choses, de son grand-père qui croit que tout le monde en veut à son argent, d'une cousine allemande venue rendre visite le même jour, d'une bonne qui en sait plus qu'elle n'en dit, et d'un facteur qui cherche désespérement à distribuer son courrier ! Une enquête drôle et finement mené par une jeune fille qui croit tout contrôler mais pour qui rien n'arrive comme prévu !
Saison 1997 : Robert, t'es bon pour l'academie ou HEC (Dany TOUSSAINT)
Un directeur de collège se voit obligé, par directive ministérielle, d'organiser des cours du soir pour adultes dans son établissement avec les professeurs en place. Habitués à un enseignement pour enfants, les professeurs accueillent la nouvelle plutôt sereinement et définissent les disciplines qu'ils dispenseront : mathématiques, français, musique et gymnastique ; leur enthousiasme va bien vite s'estomper car ces futurs élèves sont de drôles d'écoliers venant plus se distraire qu'apprendre : René, l'ouvrier garagiste du village qui ne jure que par ses "bagnoles", Robert, éleveur de cochons à la ferme des Grandes Tricottières et Mlle Sauvageot, camelot célibataire qui a roulé sa bosse sur toutes les foires et marchés. Le spectateur assiste aux différents cours, et quels cours ! René, Robert et Mlle Sauvageot en séances de gym, on en redemande ! Le débat organisé en cours de français sur la "femme en général" est un peu grivois, il fallait oser ! Les exercices de calcul mental ne laisseront pas indifférents, c'est le moins qu'on puisse dire ! Les cours du soir, comme le nom l'indique se situent en fin de journée et c'est précisément l'heure où Germaine, la femme de ménage nettoie les classes ! Ce bouleversement la dérange dans son travail ; alors, entre deux coups de balai ou de serpillière, elle participe aux cours et devient par ses répliques vertes ou tendres, le personnage qu'il faudra particulièrement soigner ; le thème de cette comédie est inhabituel et les enchaînements prévus ; on ne sait plus d'ailleurs très bien à la fin de la pièce qui est l'élève et qui est le professeur puisqu'au troisième acte, les rôles s'inversent. Sans grande difficulté, mais jamais "bêta" ni déplacé, le texte est riche en "bons mots" à la portée de tout public et équilibré entre les différents personnages.
Saison 1997 : Mon fiancé est anormal (P. THARREAU)
En quoi Roger Lauzier, fiancé de Micheline Lefèvre, peut-il être anormal ? En vain s'efforcera-t-on de deviner tout au long des scènes inattendues de cette amusante comédie. Pourtant Madame Hermance (tante de Micheline) est formelle : les renseignements qu'elle a recueillis à Paris ne donnent lieu à aucune équivoque : Roger Lauzier est un anormal avec qui il ne peut être question de mariage. Micheline, qui a de sérieuses raisons de savoir son fiancé parfaitement équilibré, se refuse à prêter l'oreille aux révélations de sa tante. Elle commence par s'en amuser, mais voyant que sa propre mère, elle-même prend la chose au sérieux, au point d'envisager une rupture immédiate, elle s'affole à son tour. Tout finit pourtant par s'arranger, car on acquiert finalement la certitude que le fait d'être "anormal" ne signifie pas forcément que l'on soit atteint d'une infirmité. Bien au contraire !
Saison 1997 : Plateau en folie (Gabrielle WOLF)
Savourer cette étonnante et réjouissante parodie de "Tournez manège", où des personnes qui ne s'accordent pas vraiment (et ne se voyent pas) tentent de se séduire sans se connaître dans un jeu où rien ne va plus, ni les questions posées, ni le présentateurs qui fait tout - sans y parvenir - pour conserver la maîtrise !
Saison 1996 : Sous les ponts de Paris (F. LAURENT et D. VILBERT)
Cette pièce transporte le public dans le monde des clochards et le cadre est bien sûr situé sous les ponts de la Seine ; Tintin et Fernand discutent autour d’une bouteille de vin rouge quand Paluche, un autre clochard arrive poussant un landau avec… un bébé à l’intérieur ! Quelle histoire pour les trois compères et Mélie, la compagne de Paluche. Enthousiasmés, les trois amis font des projets pour ce bébé que Paluche veut appeler Napoléon ! Et ils font des projets : il sera chef de gare, dit l’un, amiral dit l’autre ou général dit le 3e ! Mais une arrivée vient anéantir leurs rêves… Une pièce à mourir de rire, des comiques de situation ; une pièce qui s’est terminée en chanson, reprise par l’assistance : «Sous les ponts de Paris» applaudie à tout rompre.
Saison 1996 : Les enfants sages (Paul VANDENBERGHE)
Pièce truculente mettant en scène une famille française (bien de chez nous) dont les deux enfants sont insupportables. Cette famille accueillera un étudiant anglais dont elle espère un exemple de rigidité britannique. Elle ira de surprise en surprise jusqu'à la fin de cette pièce car le jeune anglais mettra le désordre dans des vacances déjà bien compromises.
Saison 1996 : Permis de conduite à tout âge (P-J BONZON)
Tonine est Gustine, deux vieille pleine de bonne volonté mais assez simplette (voir la pièce "Clerc de l'urne") font une irruption pittoresque et inattendue à l'Auto-Ecole, en plein cours de code, alors que le moniteur a déjà fort à faire, malgré sa patience, avec des "élèves" assez peu doués et farfelus, à l'instar de cette Mme Laplume qui tente de passer son permis pour la... 12ème fois ! Bien sûr, la Gustine et la Tonine ne comprennent rien à ce "conduit de permire" qui ne s'achète pas, ou plus exactement comprennent tout de travers, ce qui engendre de cocasses malentendus. Ni les explications théoriques, ni les travaux pratiques ne parviennent à les "mettre dans le coup". Désespérant ! Sauf pour les spectateurs qui se régalent ! Les gags et les quiproquos s'enchaînent en effet à un rythme ébouriffant jusqu'au coup de théâtre final que vous découvrirez à la lecture. Sachez simplement que le moniteur s'est bien épuisé pour rien. Le public sera, lui aussi, épuisé, mais de rire !
Saison 1996 : Les médisances (Gabrielle WOLF)
Une troupe de bonnes (mais vieilles!) copines se retrouvent pour boire le thé. Elles parlent des autres, leurs voisinages, leur belle-famille, chacunes trouvant un défaut à dire sur les personnages de leur sujet de conversation, jusqu'à ce qu'elles se retrouvent prisent à leur propre médisances !
Saison 1996 : Les tatasseries (Gabrielle WOLF)
Deux femmes accompagnées de leur chien discustent sur un banc public, regardant les gens autour d'eux et discutant du monde qui les entourent, avec subtilité et une bonne dose d'humour...

 

2008 - Troupe Atoucoeur
association régie par la loi de 1901
Mentions Légales

Conception gracieuse du site : Perceval Création